La prise en compte des enjeux liés à la reconfiguration de l’entrée de ville de Malakoff

L’articulation du bâtiment avec le projet urbain porté par la ville de Malakoff est l’un des principaux enjeux du projet de l’État. Suite au dialogue mené avec la mairie de Malakoff et l’EPT, l’État a décidé de céder plusieurs parties de sa parcelle à la commune pour lui permettre de réaliser son projet de transformation urbaine. La parcelle cédée à la collectivité représente environ 40 % de la propriété de l’État :

  • La réalisation de l’école Fernand Léger sur la partie sud de la parcelle ;
  • L’élargissement de voirie rue Legrand de 8 mètres en vue de la création d’une large voie plantée d’arbre ;
  • La création d’un recul sur le boulevard Adolphe Pinard de 2 mètres permettant la mise en oeuvre du projet de circulation douce de la ville de Paris, et la plantation d’arbres de petit développement ;
  • La création d’un recul sur l’avenue Pierre Larousse de 1 mètre pour élargir les trottoirs ;
  • La libération d’une emprise à l'angle de l’avenue Pierre Larousse et du boulevard Adolphe Pinard pour la création d’un Parvis Ouest, en miroir du parvis Est qui se situe dans la continuité de la rue Legrand élargie et plantée d’arbre.

Limiter les effets sur l’environnement naturel

Considérant l’avis émis par la Mission Régionale d’Autorité Environnementale (MRAE) dans le cadre de la création de la ZAC relative au projet d’aménagement du quartier de la porte de Malakoff porté par l’Établissement public territorial Vallée Sud Grand Paris, le projet porté par l’État tiendra particulièrement compte des principaux enjeux environnementaux identifiés dans l’avis. Ces enjeux, sur le paysage, les mobilités, la biodiversité et la gestion des eaux pluviales et de ruissellement notamment, seront examinés dans le cadre de l’étude d’impact.

Les effets sur le climat

L’état initial révèle que la commune de Malakoff fait partie des zones sensibles à la qualité de l’air. Le bilan des émissions, effectué dans le cadre de l’étude d’impact, montre que le transport routier et le secteur résidentiel correspondent aux sources d’émissions dominantes sur l’intercommunalité Vallée Sud - Grand Paris dont la commune de Malakoff fait partie. En effet, une campagne de mesures qui s’est déroulée du 2 au 16 mars 2021 révèle que les polluants présents sont le dioxyde d’azote (NO2), principal traceur des émissions polluantes liées au trafic automobile, et les particules de diamètre inférieur à 10 μm (PM10).
Au-delà de l’inscription dans la trajectoire bas carbone des accords de Paris sur le climat, ayant pour ambition d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, et du PCAET Vallée Sud-Grand Paris, et afin de construire un bâtiment HQE, le projet s’inscrit dans la démarche Energie Positive & Réduction Carbone (E+C-) avec un objectif : s’approcher le plus possible des niveaux « Énergie 3 » et « carbone 1 ». Aussi, l’approvisionnement énergétique pour les besoins en chaud et en froid sera réalisé en priorité à partir de sources renouvelables, à faible contenu CO2 et à faibles émissions en polluants. Une attention particulière sera apportée sur la limitation des rejets en particules et en oxyde d’azote (Nox), quelles que soient les solutions retenues.